Blog

La vidéo !

Voici le film d’un évènement inédit : Quand les artistes rencontrent le Zimbabwe !
Merci à tous ceux grâce auxquels cette belle aventure a pu avoir lieu.

Read More

Une belle réussite !

Nous sommes heureux de vous faire partager une vidéo du voyage « Quand les artistes rencontrent le Zimbabwe » qui a été incluse dans le reportage au « cœur de nos différences » diffusé récemment sur LCI.
Le succès de ces rencontres entre artistes européens et écoliers du Zimbabwe est le fruit d’une belle collaboration entre saSafari, Imvelo Safari Lodges et l’association Rire 78.

Depuis sa création, saSafari s’attache à concevoir de véritables voyages écotouristiques, aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises.
Les caractéristiques d’un voyage écotouristique sont la limitation de l’empreinte écologique, la conservation de la biodiversité et le soutien des populations locales.
L’écotourisme c’est donc aussi un tourisme responsable qui prend en compte les principes du développement durable. Il est une source d’emplois et de revenus pour les communautés locales.
Par ailleurs, en valorisant les espaces naturels, il contribue à leur conservation.

Attachés à ses valeurs, saSafari s’est rapproché des créateurs d’IMVELO.
Dans certaines régions du Zimbabwe, les villageois vivent à proximité de parcs nationaux qui abritent de nombreux animaux sauvages. Cette cohabitation n’est pas toujours facile, les villageois percevant les animaux comme nuisant à leur liberté de se déplacer en toute sécurité.
IMVELO, en collaboration avec les communautés locales a alors construit des lodges autour et à l’intérieur du parc national Hwange avec pour ambition de rapprocher les communautés rurales et la nature, et d’arriver à créer une véritable relation symbiotique entre la préservation de la nature, le tourisme responsable et les collectivités locales.

De cette rencontre avec IMVELO est né un grand projet !
Faire venir des artistes français à la rencontre d’écoliers et villageois qui vivent à proximité du Parc National Hwange…
L’association Rire 78 qui intervient dans les hôpitaux de la région parisienne s’est jointe au projet pour trouver les meilleurs artistes.

En novembre 2016, 4 artistes accompagnés de 10 autres voyageurs sont allés à la rencontre des communautés du Zimbabwe.
« Quand les artistes rencontrent le Zimbabwe » fut un véritable succès !
Au programme : spectacles, ateliers jonglage, dessins, danses, chants.
Ensemble, les artistes et les élèves ont créé des spectacles plein d’énergie, mêlant les différentes cultures et les aptitudes de chacun.
Il s’en est créé, à chaque fois, une belle unité de partage artistique et des émotions fortes.
Pour les enfants, les professeurs, les artistes et les voyageurs accompagnateurs, ces rencontres uniques resteront inoubliables !

Fort de ce succès nous allons mettre toute notre énergie pour faire en sorte que ce projet puisse se renouveler en 2017.

Read More

A quel point sommes-nous riches ou pauvres?

L’été dernier, j’ai emmené mon fils avec moi dans des villages au Zimbabwe. Nous avons marché à travers des villages pauvres et nous avons visité des écoles. Il faisait chaud et le pays subissait sa troisième année consécutive de sécheresse. Je lui ai montré combien la vie peut être difficile et combien certains endroits du monde peuvent être déshérités. Nous avons passé 7 jours à découvrir cinq écoles et à interagir avec 1200 enfants. Après ces rencontres, de retour à la maison, j’ai posé quelques questions à mon fils.
« As-tu vu combien la vie peut être dure? », « Qu’est-ce que tu as appris? »
Mon fils m’a répondu: «Nous avons un poisson rouge ; ils ont des chiens, des chèvres, des vaches et des poulets. Nous avons un appartement et vivons les uns sur les autres ; ils ont des fermes et de l’espace pour jouer. Nous avons une piscine municipale en bas de chez nous ; ils ont des rivières. Nous avons des lampadaires la nuit ; ils ont des étoiles! Nous achetons de la nourriture ; ils cultivent la leur. Nous avons des murs pour nous protéger ; ils ont des amis!
Après avoir réfléchi pendant un moment, mon fils a ajouté: « Merci papa de m’avoir montré tout cela. Quand pouvons-nous repartir? »

blog 2

blog 3

Marc Bouvron
Co Fondateur de saSafari. Créateur de voyages qui ont du sens.

Read More

Un voyage extraordinaire !

La 1ère édition du grand projet Quand les artistes rencontrent le Zimbabwe fut un magnifique succès !

Tous les jours, le groupe de 14 personnes, composé d’artistes et de voyageurs est allé à la rencontre d’écoliers du Zimbabwe.

Au programme : spectacles, ateliers jonglage, dessins, danses, chants.
Ensemble, les artistes et les élèves ont créé des spectacles plein d’énergie, mêlant les différentes cultures et les aptitudes de chacun.
Il s’en est créé, à chaque fois, une belle unité de partage artistique et des émotions fortes.

Pour les enfants, les professeurs, les artistes et les voyageurs accompagnateurs, ces rencontres uniques resteront inoubliables !

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweLe groupe de 14 voyageurs (les artistes, l’équipe organisatrice sasafari, le photographe professionnel et les voyageurs accompagnateurs) prêts à vivre ce grand projet.

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweDeux enfants font une démonstration de danse à Mathos, comédien et percussionniste.

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweLes écoliers sont très impressionnés par Immo qui jongle avec le feu !

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweEric Bouvron, auteur, metteur en scène et comédien aime à danser avec les écoliers !
Il fera un tabac en dansant la Pantsula Jive. Une danse traditionnelle issue des townships d’Afrique du Sud.

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweImmo s’apprête à jongler en équilibre sur son monocycle…

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweMathos lors d’un atelier de chant. Avec les enfants, il s’amuse à combiner un chant zimbabwéen et un chant congolais.

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweSean donne des cours de dessin.

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweEcole primaire de Ngamo.

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweDéguisé en Sangoma (sorcier Africain) Mathos a toujours impressionné les enfants, qu’ils soient petits ou grands.

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabwe

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweLes enfants dansent avec une énergie incroyable !

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweJeux de mains en chanson.

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweTout le monde danse !

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweEcole secondaire de Ngamo.

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabwePas facile de jouer du djembé pour la première fois devant tous ses camarades…

Quand les artistes rencontrent le ZimbabwePour la première fois, les enfants apprennent à jongler.

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweCertains se débrouillent tellement bien qu’Immo leur offre quelques balles.

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweSean a apporté une valise pleine de papier et de crayons!

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabwe

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweEn musique, les écoliers se rassemblent prêts pour le spectacle final !

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweBravo !

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabwe

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweUn p’tit gars venu de France participe aux ateliers avec tous les écoliers.

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweAu rythme du Djembé, le Sangoma approche !

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabwe

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweEcole secondaire de Sizinda.

Quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabweBravo Immo ! Le sable, les cailloux, le vent, rien ne l’arrête !

Read More

Le projet se concrétise !

Merci beaucoup pour votre soutien au projet « Quand les artistes rencontrent le Zimbabwe » !
Grâce à tous les donateurs, en novembre prochain, des artistes vont aller à la rencontre d’écoliers et de villageois qui vivent à proximité du Parc National Hwange !

Ngamo school 2

Ngamo school

Nous ne manquerons pas de vous faire partager la suite du projet.

Read More

Quand les artistes rencontrent le Zimbabwe

Nous sommes très heureux de vous faire partager la première édition d’un grand projet auquel nous sommes associées de tout cœur !

Vous savez sans doute que saSafari est impliqué dans l’écotourisme.
Depuis plus de deux ans, nous proposons à nos voyageurs de partager à la faveur de leur séjour, le quotidien des populations de l’Afrique Australe.
Dans ce cadre, nous avons établi un partenariat avec l’association Rire 78 qui intervient dans les hôpitaux de la région parisienne.

Le projet s’est créé : Des artistes français vont aller à la rencontre de villageois et d’écoliers d’Afrique.
Pour cette première année de lancement, c’est le Zimbabwe qui a été choisi.

En novembre 2016, trois artistes français vont aller à la rencontre d’écoliers et villageois qui vivent à proximité du Parc National Hwange…

Pour que cette action soit réalisable, nous lançons un financement participatif.

Plus nous serons nombreux à participer au projet, plus nous aurons de chance d’atteindre le montant nécessaire à sa réalisation.
Nous serions heureux que vous participiez avec nous à ce projet qui nous tient particulièrement à cœur.

Voici le lien qui vous mènera au projet :
http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/quand-les-artistes-rencontrent-le-zimbabwe

Grâce à vous, cette action pourra voir le jour et devenir le fer de lance d’un grand projet : « Quand les artistes rencontrent… »

Merci à tous !

Read More

Pourquoi le Zimbabwe s’appelle t’il ainsi ?

C’est le 18 avril 1980 que l’ancienne colonie britannique de Rhodésie du Sud est devenue le Zimbabwe.
Ce nouveau nom fut emprunté à une ancienne cité, située au sud du Zimbabwe : Le Great Zimbabwe!
En shona, la langue des habitants de la région, le nom de Zimbabwe signifierait tout simplement « la grande maison de pierres ».

 

The Great Zimbabwe

 

Habité dès l’âge de fer, ce site fut l’ensemble architectural le plus important de toute l’Afrique subsaharienne.
Désigné site du patrimoine mondial en 1986, les grandes tours et structures sont le résultat de la superposition de millions de pierres de granit parfaitement équilibrées.
C’est donc en référence à ce site que le Zimbabwe a été choisi comme nouveau nom à la Rhodésie et que l’emblème nationale représente un aigle. En effet, un aigle sculpté dans de la roche stéatite a été retrouvé au milieu des ruines.
Les historiens pensent que le peuple du Great Zimbabwe a eu une influence grandissante au cours du 11ème siècle. Les Swahili, les Portugais et les Arabes qui naviguaient le long des côtes du Mozambique négociaient porcelaine, tissu et verre avec le peuple du Great Zimbabwe en échange d’or et d’ivoire.
Les ruines forment trois groupes architecturaux distincts : le Complex Hill, le Valley Complex et le Great Enclosure.
Le Complex Hill est le plus ancien. Il fut occupé du IXe et au XIIIe siècle.
Ensuite ce fut au tour du Great Enclosure d’être habité du XIIIe au XVe siècle avant d’être remplacé par le Complex Valley du XIVe aux XVIe siècles.

 

The Great Zimbabwe

 

L’architecture du Great Zimbabwe reflète un système socio-économique complexe. Les murs de pierres monumentales ont été construits pour exprimer la richesse, la puissance et le faste de ceux qui vivaient en leur sein. Il s’agissait de personnes faisant partie de l’élite et/ou étroitement liées à une puissante monarchie.
Le Great Zimbabwe est un témoignage inestimable de la richesse culturelle du passé de l’Afrique Australe. Il vient confirmer l’importance de l’Afrique dans l’histoire de la civilisation mondiale.
Ce site antique du Zimbabwe revêt une grande une importance culturelle, politique et scientifique.
A la fin du 15ème siècle, la surpopulation, la famine, la pénurie d’eau, la maladie et les conflits politiques engendrèrent le déclin du Great Zimbabwe.
Au moment où les Portugais sont arrivés, à la recherche de l’or, le Grand Zimbabwe était déjà tombée en ruines.
Pour la plupart des Zimbabwéens le Grand Zimbabwe est le témoin des réalisations extraordinaires de leurs ancêtres et reste une grande source d’inspiration.

 

The Great Zimbabwe

Read More

saSafari, expert dans les voyages écotouristiques en Afrique Australe.

saSafari est reconnu en tant qu’expert dans les voyages écotouristiques en Afrique Australe auprès de l’Association Professionnelle de Solidarité du Tourisme (APST).

Voici le texte publié sur la page du site de l’APST dédiée aux experts du tourisme :

L’Afrique australe vous fait rêver ? Envie de découvrir ses paysages magnifiques et ces terres gorgées de traditions dans les meilleures conditions ? Notre experte, Delphine Bouvron de saSafari, vous ouvre les portes de l’imagination.
« Mon rôle est de faire se rencontrer des équipes investies en Afrique dans la préservation de la nature et des voyageurs d’Europe qui partagent le même rêve. »

Qui est Delphine Bouvron ?

Delphine Bouvron a découvert l’Afrique du Sud par le meilleur des moyens : grâce à un Sud-africain fraîchement débarqué à Paris. Une amitié qui en amène d’autres sur place et pousse Delphine à créer saSafari. Aujourd’hui, elle aime partager sa passion avec les touristes pour leur montrer le côté authentique de ces terres australes, souvent sources de fantasmes mais aussi d’une réelle méconnaissance.

Son expertise

Mes différents voyages en Afrique australe m’ont persuadée qu’il manquait un lien entre les lodges écotouristiques et les voyageurs. D’un côté, des équipes pleinement investies dans la préservation de la nature et l’aide aux populations locales. De l’autre, des voyageurs voulant aller au-delà du simple voyage touristique.
Les émotions que j’ai ressenties lors de mes séjours, l’éthique développée par ces structures m’ont définitivement convaincue. Mon rôle en tant que créatrice de voyages est de faire se rencontrer ces équipes en Afrique Australe et ces voyageurs d’Europe qui partagent le même rêve, le même chemin, la même vision de la rencontre.

Zambezi Sands  Suite

L’écotourisme

Si je devais définir l’écotourisme, je dirais presque qu’il s’agit d’un point de vue sur la façon de voyager. On peut consommer passivement du voyage et en être très satisfait car le but est de lâcher prise dans son quotidien contraignant.
Mais on peut aussi avoir conscience de l’impact de son voyage tant au niveau écologique que sociologique dans les pays que l’on visite. On peut alors décider de minimiser cet impact et considérer également que c’est une opportunité pour aller à la rencontre de l’autre.

J’ai ainsi à cœur d’offrir aux voyageurs outre la découverte d’un magnifique pays la possibilité :

De séjourner dans des lodges engagés dans la protection de la nature et investis auprès des populations locales.
De vivre une immersion totale, authentique dans la vie locale des rangers, des villageois, de la nature sauvage.
De participer aux activités de préservation de la faune et de la flore, ainsi qu’aux actions d’aide au développement des villageois.

Je ne vends pas un produit, je crée un voyage dans lequel la rencontre est le maître mot :

Rencontre d’abord avec le futur voyageur pour qu’au cours de discussions, d’échanges à bâtons rompus se dégage un projet, un désir au plus près de ses envies nourri par mon expérience du terrain et l’aide de mes partenaires locaux.
Le but de mon intervention est de créer un lien entre son imagination et la réalité du pays qu’il va découvrir.
Tout doit être maîtrisé de mon côté pour que la surprise de la découverte dépasse le voyage qu’il a rêvé.
Rencontre enfin dans le partage d’expériences entre les voyageurs et les populations locales où l’échange apporte à chacun un supplément d’émotions et de connaissances qui laissera un souvenir chaleureux et partagé au voyageur et à son hôte.

A Ecotourism - Dropping off fuel deep inside Hwange

Notre valeur ajoutée

saSafari vous offre la possibilité de devenir acteur de votre aventure. Plusieurs séjours en Afrique australe m’ont permis de vivre les expériences que je fais partager à mes voyageurs. Année après Ngamo School – Library donations reading lessonsannée je constitue ainsi un réseau de lieux et de personnes que je connais personnellement.
Je n’envoie pas mes voyageurs sur des destinations choisies sur catalogue ou internet. Ce sont des lodges que je connais et dont je me porte garante quant à la charte écotouristique.
De plus, mes contacts en Afrique du Sud sont toujours disponibles même lorsque vous êtes seul dans la savane à des kilomètres de toute civilisation entouré par les « Big Five » et les rangers qui veillent sur vous…

B Ecotourism - New library at Ngamo School

Votre voyage

Votre voyage sera différent :
Parce que je suis en train de négocier avec des associations en Europe et en Afrique le versement du coût carbone de votre voyage en Afrique de façon à le neutraliser et d’aider ainsi des actions humanitaires dans les pays concernés.
Parce que vous séjournerez dans des lodges de taille réduite composés de moins de 10 lieux d’habitation intégrés à l’environnement où vous bénéficierez d’un accueil individualisé.
Parce que, si vous le souhaitez, vous pourrez partager de façon authentique la vie quotidienne des rangers, des villageois au cœur de la nature sauvage.
Imaginez-vous partir au petit matin en 4×4 avec l’équipe chargée d’approvisionner en eau un troupeau d’éléphants. Le soleil se lève à peine. La température est encore douce, presque fraîche. La fine poussière rouge efface vos traces. Les hommes sont silencieux, concentrés sur une piste qu’ils sont les seuls à distinguer. Vous laissez votre esprit vagabonder dans l’immensité qui ne cesse de s’ouvrir devant vous…
Vous en rêvez ? Alors contactez saSafari !

Read More

2 sites d’Afrique du Sud viennent d’être ajoutés au réseau mondial des réserves de biosphère par l’Unesco.

 

2

Le Conseil international de coordination du Programme de l’UNESCO sur l’Homme et la biosphère (MAB, Man and the Biosphere), réuni à Paris du 8 au 12 juin, a ajouté 20 nouveaux sites au Réseau mondial des réserves de biosphère.

Crée au début des années 1970, ce programme scientifique a pour objectif d’améliorer les relations entre les habitants de la planète et leur environnement naturel au niveau mondial.
Les réserves de biosphère, rappelons-le, sont des sites d’apprentissage pour le développement durable destinés à concilier la conservation de la biodiversité et l’utilisation durable des ressources naturelles.
Ces réserves font l’objet de recherches scientifiques sur la conservation des paysages et des écosystèmes, la gestion des ressources naturelles et l’impact des activités humaines.
Elles tentent de servir de modèle à des projets de développement durable et d’éducation à l’environnement.
Il s’agit de soutenir un développement durable et d’améliorer les relations entre les acteurs économiques et leur territoire.
Les deux nouvelles réserves de biosphère d’Afrique du Sud sont :

La Réserve de biosphère de Magaliesberg.

Elle s’étend sur une superficie de 357 870 hectares située entre les villes de Pretoria et Johannesburg.
Le site se trouve à l’interface des deux grands biomes* africains – les pâturages des grands plateaux du centre, et la savane subsaharienne.
Il présente une riche biodiversité avec notamment 443 espèces d’oiseaux qui représentent 46,6 % de toutes les espèces ornithologiques de la sous-région de l’Afrique australe.

3

(*Ensemble d’écosystèmes caractéristique d’une aire biogéographique et nommé à partir de la végétation et des espèces animales dominantes)

En outre, la région, d’une beauté spectaculaire, présente des caractéristiques naturelles uniques, un riche patrimoine culturel, ainsi qu’un intérêt archéologique, avec le « Berceau de l’humanité », qui fait partie d’un site du patrimoine mondial vieux de quatre millions d’années. Plus de 260 000 personnes vivent dans cette région qui est voisine d’une grande infrastructure urbaine, ce qui influe sur son économie, dominée par l’agriculture, l’extraction minière, le développement urbain et le tourisme.
Le plan de gestion de la réserve de biosphère a pour ambition de stimuler la conservation et favoriser, entre autres, le tourisme, l’agriculture et les pratiques durables (énergie solaire, économies d’eau).

L’activité la plus répandue est la visite des réserves naturelles à pied, à VTT, à cheval, en voiture voire en quad. Ces territoires peuvent aussi être survolés en montgolfière ou en ULM.
La randonnée pédestre ou à VTT dans les montagnes ainsi que la pêche sont deux autres loisirs liés à la nature.

5

La Réserve de biosphère en grappe de Gouritz.

Elle est située dans la partie australe de l’Afrique du Sud. Le site s’étend sur 3 187 892 hectares.
La réserve est divisée en quatre secteurs mitoyens dont l’altitude va du niveau de la mer à 2 240 m.
Il s’agit du seul endroit au monde où convergent trois points chauds de biodiversité reconnus (Fynbos, Karoo succulent et Maputaland-Tongoland-Albany).

13

Les espèces végétales endémiques y sont très nombreuses. Le site est sur l’itinéraire migratoire de grands mammifères tels que le léopard et sert de zone d’alevinage aux espèces marines.
La région est essentielle pour ses ressources en eau. Plus de 260 000 personnes vivent dans cette région qui fait face à de profondes difficultés socio-économiques.
Une des solutions envisagées est de lutter contre le chômage des jeunes en créant dans la réserve de biosphère des modèles locaux d’entreprises et en développant les emplois liés à l’économie de la biodiversité.

11

Pour découvrir l’Afrique du Sud… selon vos envies.

Read More

Au milieu du bush, une expérience unique !

Quand pour la première fois je suis entrée dans un hide-out (poste d’observation des animaux), quelle ne fut pas ma surprise de découvrir des émotions nouvelles jusqu’alors inconnues.
Se retrouver dans le Parc National Hwange, cachée dans un trou, les yeux à hauteur du sol !
On se sent vulnérable …
Puis arrivent des éléphants…
Et sans qu’ils nous voient, en toute discrétion, sans les déranger, invisibles, nous pouvons les sentir, les écouter.
Etre témoin, au plus près, de cet instant de vie des éléphants, c’est émouvant, intimidant, troublant.

Envie de vivre une telle expérience ?
RDV pour un voyage en immersion totale !

Read More
Page 1 of 212»

Build by.. SystemCore.co.uk